Bienvenue

Nous sommes à Toronto au Canada ! !

Liens utiles

Top Sites

---

Discord

 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lâcher prise | Zakhar

 :: ϟ Manoir :: Pavillon Nord :: Salon
Mar 3 Avr 2018 - 22:57
Dans mes pensés ...
R| Quoi ?!

Je m'étais réveillée un peu en tard et c'était donc avec la tête encore un peu dans le cirage que j'arrivais dans la salle à manger pour le petit déjeuner. Alors le regard amusé qu'Eddie avait posé sur moi à mon arrivée, j'avais la flemme d'essayer de comprendre ce qu'il voulait dire. Il me fallait mon café.

Ed| Ce qui est bien avec toi, c'est qu'on ne peut pas oublier quand tombent tes jours de pause.

Je fronçais les sourcils sans comprendre avant d'attraper une tasse propre sur la table. Eddie avait déjà la cafetière à la main et me servit tout en éclairant ma lanterne.

Ed| Tu changes tellement de tenue, qu'on dirait une autre femme. Si je ne te connaissais pas un minimum, j'aurais l'impression que tu es descendue en pyjama.

Cette fois un sourire espiègle se dessina sur mes lèvres alors que j'approchais ma tasse de café chaud de mon visage pour respirer cette douce odeur du matin. Ah non, je n'étais pas en pyjama en effet ou mon entrée aurait été bien plus remarquée. Non, ma tenue était bien trop couvrante pour être mon pyjama mais je voyais où Eddie voulait en venir. Mes jours de pause j’optais pour une tenue décontracte. Visage au naturel, cheveux lâchés, pantalon noir ample et souple, t-shirt beige léger sans soutien gorge, un pull doux deux tailles au-dessus de la mienne, gris presque noir. J'aimais être dans une tenue confortables pour ces journées que je passais à ne pas faire grand chose à part dessiner, me promener ou prendre des photos. On appelait cela des journées "inspiration". Et si Eillen profitait des siennes pour être avec ses chevaux de l'aube jusqu'au coucher du soleil, pour ma part j'optais plutôt pour mon carnet à croquis, ma trousse et mes vielles chaussures tellement faites à mon pied qu'elles tenaient plus des chaussons que des chaussures.

R| Crois moi, quand tu passes des heures à dessiner, ce n'est pas désagréable.
Ed| J'imagine bien.

Nous échangeâmes un sourire et je trempais enfin mes lèvres dans le doux breuvage caféiné, un chouilla brûlant mais tellement agréable.

↞ ---- ↠

J'avais fini par me caler dans le salon où entrait à flot la lumière matinale. Il y avait un brin de soleil, je voulais en profiter. J'avais déplacé un fauteuil pour me caler dans les rayons du soleil et profitais avec plaisir de la douce chaleur du soleil sur ma peau. J'avais mon carnet posé sur mes genoux et un fusain à la main mais à vrai dire je n'étais pas très concentrée sur mon esquisse. J'avais une fâcheuse tendance à m'interrompre pour fermer les yeux et savourer le soleil ou au contraire fixer le mur qui me faisait face en broyant du noir. C'était cela aussi les journées "inspiration", mon humeur aimait jouer aux montagnes russes dans ces moments-là.

Là encore, je fixais le mur sans le voir. A sa place, je voyais un jeune homme auparavant si joyeux mais maintenant si terne ... comme s'il avait quelque chose de brisé. J'avais envie de le prendre dans mes bras mais je ne pouvais plus parce que déjà il s'éloignait, m'adressant un signe d'adieu.

Aredian m'avait annoncé son départ il y avait de cela deux semaines et il était parti peu de temps après. Cela ne m'avait pas surprise, je l'avais vu venir, mais c'était dur tout de même. Heureusement qu'il avait son petit frère, il était la seule raison pour laquelle j'avais accepté son départ sans rien dire. Avec son frère à sa charge Aredian était obligé de se prendre en charge. S'il n'avait pas été là, j'aurais eu trop peur de voir ce cher Red partir en dépression s'il rentrait chez lui. La prison l'avait changé, avait brisé quelque chose chez lui. Il arrivait parfois à faire comme si de rien n'était, comme si tout allait bien. Mais je n'étais pas dupe. Personne ne l'étais je pense. J'espérais qu'il trouverait un moyen de se reconstruire. Vraiment. Je le lui souhaitais de tout mon coeur.

Mes pensées dérivèrent peu à peu et Aredian fut remplacé par un autre homme, moins gringalet et beaucoup plus grognon. Le départ de son ami avait du donner un sacré coup à Zakhar. Depuis que j'avais appris la nouvelle, je le cherchais du regard un peu partout dans la haras et je tendais l'oreille (si je puis dire) pour essayer de voir comment il tenait le coup.
J'aurais bien été le voir mais je ne trouvais pas la moindre excuse pour ma visite. Et si je lui disais la vérité, il m'enverrait sur les roses, je le savais parfaitement. Lui aussi il n'était pas simple, peut-être en moins mauvais état que Red, j'avais en tout cas plus d'espoirs pour lui.
Mais il n'était pas simple tout de même.

Un mouvement sur ma droite attira mon regard. Il n'y avait que moi dans le salon, à cette heure-ci, en pleine journée, quasiment tout le monde était aux écuries. Pourtant quelqu'un venait d'ouvrir la porte.

↞ ↞ ↞ ---- ↠ ↠ ↠

La rose a des épines, même lorsqu'elle aime.
Moi qui croyais n'être sourde qu'aux sons de ce monde, il semblerait que je sois sourde aux soupirs de mon coeur également. Moi qui comprends si bien les âmes et les coeurs des autres, je reste sourde au mien. Et oui, à l'inverse de ce que je croyais, j'ai aimé. Et malheureusement j'aime encore. Mais l'amour ne suffit pas. Et alors l'amour est une vraie torture.

Revenir en haut Aller en bas
Rose S. Petrova
Rose S. Petrova
Rose S. Petrova
Messages : 186
Date d'inscription : 22/09/2013

Fiche Cavalière
PE:
0/1000  (0/1000)
Aspiration:
Licence: Compétiteur
Rose S. Petrova
Mar 24 Juil 2018 - 10:41

Dans mes pensés ... 


- ZAKHAR - ROSE -

Il venait de lâcher ses chevaux dans des paddocks individuels, un rituel qu'il avait pris lorsque le temps le permettait, et ce matin le soleil était un rendez-vous malgré les températures un peu fraîches. Il espérait qu'ainsi ils puissent évacuer leur trop pleine d'énergie avant la séance d’entraînement quotidien. Mais pour l'heure, il se dirigea d'un pas sûr vers le salon du Haras, une pochette en carton bien rempli sous son bras. Il savait qu'à cette heure-ci, il devrait être relativement tranquille pour se pencher activement sur ses papiers, contrairement à sa chambre… Bien que son colocataire actuel était bien plus supportable à vivre que les précédents.

Il poussa la porte, sans réellement prendre le temps de frapper ou vérifier la présence de quelqu'un à l'intérieur. Il avait tendance à se comporter comme s'il était chez lui, et que les autres ne sont que des intrus… Ce comportement avait tendance à provoquer des réactions chez les autres cavaliers, notamment aux écuries. Il n'était pas apprécié, voire même détester. Et sa réputation commençait même à être connue chez les nouveaux cavaliers fraichement débarqués. Éviter de croiser le cavalier professionnel russe.

Cependant, quand son regard croisa la silhouette féminine qui lui était familière, il se figea légèrement à l'entrée de la porte. Il ne pensait pas la croiser elle… Quelqu'un d'autre aurait probablement déjà reçu une réplique sanglante pour manifester son agacement. Mais elle… Elle avait droit à un drôle de traitement de faveur. Il referma la porte derrière lui, la claquant légèrement avant de se diriger vers le bureau pour s'installer. Elle pourrait, si elle le souhaite, parfaitement voir son visage et donc lire sur ses lèvres. Avait-il choisi cette place uniquement pour cette raison ? Il ne préférait même pas se poser la question, voir même il rejeta en bloc cette pensée.

Aucune parole s'échappa de ses lèvres, il se contenta d'ouvrir sa pochette afin de sortir plusieurs feuilles qu'il étala sur la table avant de se plonger dans sa lecture. Des contacts qu'il passait au peigne fin… Il ne voulait pas se faire avoir par une modalité qu'il n'aurait pas vu ou pas compris dans son intégralité. Ses charmantes petites lignes vicieuses en bas de page. Il savait qu'il n'avait pas le droit de se tromper, qu'il allait jouer à un jeu dangereux ses prochains mois… Pourquoi s'était-il lancé dans ce projet ? Qu'est-ce qu'il l'avait poussé à réagir là, maintenant ? Il ne savait pas, ou peut-être qu'il voulait se masquer la vérité…



@ Jeffrey


↞ ↞ ↞ ---- ↠ ↠ ↠


Zakhar A. Wolkoff
LA FROIDEUR EST LA PLUS GRANDE QUALITÉ
D'UN HOMME DESTINÉ A COMMANDER.
Revenir en haut Aller en bas
Zakhar A. Wolkoff
Little Best Mulet
Zakhar A. Wolkoff
Zakhar A. Wolkoff
Messages : 74
Date d'inscription : 15/09/2013

Fiche Cavalière
PE:
1000/1000  (1000/1000)
Aspiration: CCE
Licence: Compétiteur
Zakhar A. Wolkoff
Mar 31 Juil 2018 - 17:01
Dans mes pensés ...
Quand on parle du loup ...
Mon regard se posa justement sur l'homme qui occupait mes pensées à cet instant même. Zakhar. Son regard croisa le mien et une drôle de sensation me parcourut alors que ses yeux bleus se posaient sur moi et qu'il s'immobilisait. Eh bien quoi ? Une mouche venait de le piquer ? Il se se comportait vraiment bizarrement parfois. Claquer la porte et aller s'asseoir sans un mot ou un signe de salutation lui ressemblait déjà un peu plus et un sourire se dessina sur mon visage alors que je le regardais s'installer.

R| Bonjour à toi aussi.

Mon ton était amusé, je ne me formalisais pas le moins du monde qu'il ne me salue pas, il était ainsi, je le savais bien. Mais je ne pouvais m'empêcher de le taquiner, et puis moi j'étais polie, même avec Grincheux comme Red et moi aimions l'appeler.

Posant mon fusain sur mon carnet, abandonnant ainsi mon dessin pour le moment, j'observais mon compatriote avec un air pensif. Il était quasiment face à moi et j'avais tout le loisir de l'observer. Il semblait plongé dans sa paperasse et quelque chose me disait qu'il valait mieux ne pas le déranger. Vu ainsi, il semblait supporter sans problème le départ d'Aredian ... ou au contraire ne pas le supporter du tout et vouloir l'oublier en s'occupant avec autre chose. Impossible à dire. Mais quoi qu'il en soit, c'était reposant de le voir tranquille et non en train d'aboyer sur quelqu'un. Un sourire étira mes lèvres à cette pensé. Oh et si ... je détachais mon regard du cavalier pro pour le porter sur mon carnet à dessin. Mon fusain dans une main je faisais tourner mes pages, toutes recouvertes de coups de fusains plus ou moins précis et d'esquisses plus ou moins réussies. Jusqu'à retrouver la page que je cherchais. Je repliais alors mon carnet et laissais mon regard circuler du dessin qui s'y trouvait au visage du russe. J'avais un jour décidé d'esquisser un portrait au fusain du russe mais il était difficile d'avoir l'occasion d'observer le russe assez longtemps pour finir autre chose qu'une rapide esquisse. Je tenais là une occasion de faire mieux. Mon fusain à la main je tachais d'affiner mes tracés précédent, d'amener du détail et du volume à mon dessin. Je dessinai donc en silence, du moins je le pense, observant mon compatriote de temps à autre, parfois le temps d'un coup d'oeil, parfois plusieurs minutes. Peu à peu mon dessin prenait forme et le visage de Zakhar y prenait place. Un sourire étira un instant mes lèvres alors que je prenais le temps de prendre du recul. Sous mon fusain Zakhar semblait un autre homme. J'étais loin d'être mauvaise en portraits, on reconnaissait le russe sans mal mais il n'était pas froid et haineux comme il l'était si souvent, non. Il avait un air sombre, difficile de faire autrement, mais il semblait moins méchant. Je me mordis distraitement le bout du majeur gauche sans me départir de mon profond sourire. J'étais incapable de lui dessiner une autre expression. Et cela me convenait tout à fait à vrai dire, celle-ci lui allait bien mieux.

Mon regard se posa à nouveau sur Zakhar. Mon dessin ne valait pas l'original cependant. Il y avait certains détails que je n'arrivais pas à saisir, j'étais un peu loin en même temps. Je n'hésitais pas longtemps avant de prendre mes affaires et de me lever pour attraper un siège que je positionnais de l'autre côté du bureau pour m'asseoir plus près de Zakhar. Je m'attendais à ce que cela lui déplaise mais aucun de ses aboiement n'avait d'emprise sur moi. J'adressais donc un grand sourire à Zakhar tout en m'asseyant face à lui.

R| Ne fais pas attention à moi.

Je croisais mes jambes devant moi et posais dessus mon carnet dessus afin de corriger quelques petits traits de quelques coups de fusain ou encore accentuer quelques ombres.

Alors que je finissais mon portrait mon regard s'attarda sur les papiers disposés sur le bureau. Cela faisait beaucoup de lecture, et qui ne semblait pas très passionnante.

R| Ça en fait de la paperasse ! J'ai bien fait de choisir d'être coach et non cavalier pro.

Tous ces papiers éveillaient ma curiosité. Et ils faisaient également une excellente excuse pour entamer la conversation. Peut-être réussirais-je enfin à savoir comment aller ce cher Zakhar et calmer mes inquiétudes ... ou pas.

R| Ces rare de te voir aussi silencieux. Que fais-tu ?

↞ ↞ ↞ ---- ↠ ↠ ↠

La rose a des épines, même lorsqu'elle aime.
Moi qui croyais n'être sourde qu'aux sons de ce monde, il semblerait que je sois sourde aux soupirs de mon coeur également. Moi qui comprends si bien les âmes et les coeurs des autres, je reste sourde au mien. Et oui, à l'inverse de ce que je croyais, j'ai aimé. Et malheureusement j'aime encore. Mais l'amour ne suffit pas. Et alors l'amour est une vraie torture.

Revenir en haut Aller en bas
Rose S. Petrova
Rose S. Petrova
Rose S. Petrova
Messages : 186
Date d'inscription : 22/09/2013

Fiche Cavalière
PE:
0/1000  (0/1000)
Aspiration:
Licence: Compétiteur
Rose S. Petrova
Mar 21 Aoû 2018 - 10:08

Dans mes pensés ... 


- ZAKHAR - ROSE -

Il l'avait entendu, mais il n'avait pas envie de lui répondre. Ce comportement était assez courant chez lui, presque habituel. Bien qu'il soit difficile de savoir si avec Zakhar il est préférable d'être ignorer ou insulter. Les deux manières ne sont guères agréables à subir, surtout quand on ne connait pas le russe. Est-ce qu'il changera un jour ? Non.

Malgré que son attention était dirigée vers ses dossiers, il l'écouta à chaque fois. Ses paroles n'étaient pas simplement du vent. De même qu'il accepta qu'elle se rapproche de lui, et rares étaient les personnes à avoir ce privilège. Pourquoi faisait-il exception ? Il ne voulait pas le savoir.

R - Ça en fait de la paperasse ! J'ai bien fait de choisir d'être coach et non cavalier pro.

Il termina d'écrire une annotation en bordure de feuille avant d'observer l'ensemble de ses dossiers. Ceci n'était qu'une partie de sa paperasse, beaucoup étaient dans le coffre de sa chambre. Cependant, l'ensemble ne concernait pas forcément son statut de cavalier professionnel, bien qu'indirectement il y avait un lien.

R - Ces rare de te voir aussi silencieux. Que fais-tu ?

Il leva enfin son regard vers la jeune femme, sans chercher à paraitre chaleureux, mais sans être trop haineux non plus.

Z - Je serais silencieux si des abrutis ne me poussèrent pas à réagir face à leur débilité.

Il n'était pas un bavard de nature, ce n'est certainement pas lui qui aborderait quelqu'un pour entamer une profonde conversation. Cependant, il n'arrive pas à se retenir de critiquer les gens, mais c'est en partie de leur faute. Si les gens étaient moins bêtes, peut-être qu'il grognerait un peu moins et qu'il pourrait être silencieux.

Il reposa son attention sur le dossier en face de lui, hésitant réellement à répondre à sa question. Une hésitation qu'il n'aurait pas eu face à quelqu'un d'autre. Mais pouvait-il réellement lui en parler ? En avait-il réellement envie aussi ?

Z - Ce sont des propositions d'investissement pour placer mon argent.

Des comptes normalement hors de portée de son père. Il s'était enfin décidé à s'émanciper, mais cela n'allait pas être sans risque. Il cherchait de prendre toutes les précautions pour ça. Il se plongea de nouveau dans le silence, pas encore décidé à lui apporter plus de détail. Peut-être fera-t-elle le lien toute seule.



@ Jeffrey


↞ ↞ ↞ ---- ↠ ↠ ↠


Zakhar A. Wolkoff
LA FROIDEUR EST LA PLUS GRANDE QUALITÉ
D'UN HOMME DESTINÉ A COMMANDER.
Revenir en haut Aller en bas
Zakhar A. Wolkoff
Little Best Mulet
Zakhar A. Wolkoff
Zakhar A. Wolkoff
Messages : 74
Date d'inscription : 15/09/2013

Fiche Cavalière
PE:
1000/1000  (1000/1000)
Aspiration: CCE
Licence: Compétiteur
Zakhar A. Wolkoff
Sam 25 Aoû 2018 - 22:37
Dans mes pensés ...
Zakhar avait véritablement le don de me surprendre ... moi qui m'attendait à une remarque cinglante en m'asseyant face à lui, je n'eus le droit qu'à un silence tout simple. Il ne m'envoyait pas sur les roses, il m'ignorait tout simplement. J'aurais pu le prendre mal d'être ainsi dénigrée mais je ne voyais pas les choses sous cet angle. Je n'avais pas l'impression d'être ignorée mais plutôt d'être tolérée ... voire acceptée. Décidément le russe était particulièrement bien luné. Ou alors il avait compris que sa méchanceté ne m'atteignait pas alors il économisait sa salive ? Hum oui, c'était possible aussi, mais je préférais la première option. A vrai dire il y en avait aussi une autre : peut-être qu'il m'appréciait suffisamment pour tolérer ma présence. Mais j'étais incapable de dire si cette hypothèse était probable ou non. Moi qui était excellente pour voir l'affection qu'une personne porte à une autre, lorsqu'il s'agissait de moi j'étais beaucoup moins douée. Et avec le russe c'était pire encore, je ne me faisais absolument pas confiance pour avoir un jugement objectif.

Je lui posais finalement une question et il se décida à relever son visage vers moi. Son regard se posa sur moi et j'inspirai doucement alors que je me plongeais dans ses yeux bleus. C'était rare d'être vraiment regardé en face par le russe, je n'avais toujours pas pris l'habitude de l'effet que me faisaient ses beaux yeux bleus.

Z - Je serais silencieux si des abrutis ne me poussaient pas à réagir face à leur débilité.

Un sourire étira mes lèvres. Ah, voilà une réaction plus normale de la part du russe. Ses mots rageurs m'amusaient. Bien sûr, c'était la faute des autres s'il leur criait dessus ou les insultait ! Ils n'avaient qu'à pas mériter d'insultes et puis voilà. Une logique à toute épreuve !
Et Red ? Comptait-il parmi ces abrutis ? Certainement, en tête de liste même j'imagine.
J'étais sur le point d'aborder le sujet lorsqu'il ramena son regard vers ses papiers. Je sentis qu'il allait dire quelque chose aussi je préférais ne rien dire, c'était rare que Zakhar parle de lui-même, alors je n'allais pas le couper.

Z - Ce sont des propositions d'investissement pour placer mon argent.
R - Oh

Un bruit de surprise m'échappa alors que j'ouvrais de grands yeux. Lorsque j'avais posé ma question je ne m'étais pas attendue à une réponse et certainement pas aussi ... sérieuse. J'effaçais rapidement mon air surpris de mon visage et me penchais en avant pour jeter un coup d'oeil aux papiers, un air sérieux sur le visage. Puis je ramenais mon regard vers mon compatriote, toujours avec le même sérieux.

R - Tu veux un coup de main ? Je ne suis pas aussi calée que mon père mais je commence à comprendre 2 ou 3 trucs.

Mon père était rentier. Il ne travaillait à rien d'autre qu'à décider où il investissait son argent.
Il investissait dans des branches très diverses mais toujours avec beaucoup de prudence et il perdait rarement des sous. Les rares fois où cela lui arrivait était lorsqu'il investissait plus par envie que pour gagner des sous : lorsqu'il investissait dans un cheval ou dans un chien de concours par exemple. Je m'étais moi-même mise à l'exercice, avec les conseils de mon père il y a quelques années. Heroin, Eillen et moi investissions notre argent à droite à gauche et les dividendes touchées permettaient de faire tourner l'élevage en attendant qu'il soit autonome. Etait-ce pour monter un élevage qu'il voulait investir ? Mon regard se posa à nouveau sur les papiers puis revint au russe. Je ne l'imaginais pas vraiment éleveur, cavalier pro lui allait beaucoup mieux mais en même temps il allait un jour hériter de l'élevage de son père j'imagine, alors peut-être décidait-il de s'y mettre dès maintenant. Mais ... mais pourquoi ce besoin d'investir ? Son père le soutiendrait sans le moindre doute pour ce genre de projet. Non, s'il souhaitait investir dans son coin, s'il ne demandait pas conseil à son père,
c'était qu'il agissait derrière son dos, j'en étais certaine.

R - Qu'est-ce que tu prépares en douce ?

Je ne le quittais pas des yeux, curieuse, intriguée. Qu'avait-il en tête ? Je savais comme ses relations avec son père étaient houleuses et compliquées. Il subissait généralement les ordres de son père et n'avait pas d'autre choix que d'obéir. Investir dans le dos de son paternel, c'était un premier pas vers la rébellion. Si c'était bel et bien le cas, j'étais heureuse pour lui ! Il n'avait plus 10 ans, il était temps que son père lui lâche la bride et comme il ne le faisait pas il ne restait qu'une solution : ruer dans les brancards !

↞ ↞ ↞ ---- ↠ ↠ ↠

La rose a des épines, même lorsqu'elle aime.
Moi qui croyais n'être sourde qu'aux sons de ce monde, il semblerait que je sois sourde aux soupirs de mon coeur également. Moi qui comprends si bien les âmes et les coeurs des autres, je reste sourde au mien. Et oui, à l'inverse de ce que je croyais, j'ai aimé. Et malheureusement j'aime encore. Mais l'amour ne suffit pas. Et alors l'amour est une vraie torture.

Revenir en haut Aller en bas
Rose S. Petrova
Rose S. Petrova
Rose S. Petrova
Messages : 186
Date d'inscription : 22/09/2013

Fiche Cavalière
PE:
0/1000  (0/1000)
Aspiration:
Licence: Compétiteur
Rose S. Petrova
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: